ACTUALITÉS

Woluwe-Saint-Lambert
Masque obligatoire dans les commerces : "J'ai compensé les lacunes et les insuffisances des recommandations du ministre de l'Intérieur"
Le mercredi 20 mai 2020

Ce mardi 19 mai, Olivier Maingain, bourgmestre de Woluwe-Saint-Lambert, était l’invité d’un face à face entre bourgmestres de la Région bruxelloise sur BX1+. L’occasion de revenir sur le rôle crucial des pouvoirs locaux dans l’organisation et l’application des directives fédérales dans les communes.

« Je ne regrette pas ma décision du mois de mars dernier »

Début mars, Olivier Maingain annonçait que sa commune de Woluwe-Saint-Lambert interdirait l’accès aux lieux publics à toute personne rentrant d’une zone à risque liée au coronavirus. Une crise sanitaire plus tard, le bourgmestre de Woluwe pense avoir fait le bon choix : « A cette époque-là, nous avions très peu d’informations nous venant des autorités supérieures. Nous étions dans un grand vide politique et juridique. De plus, la loi confère aux bourgmestres un pouvoir de police qui est une obligation. Nous engageons notre responsabilité en cas de manquement à cette obligation de pouvoir de police. A l’époque, j’ai eu beaucoup de soutien du secteur des soins de santé et aujourd’hui, beaucoup de professionnels du secteur reconnaissent que cette mesure aurait pu ralentir la propagation du virus si elle avait été généralisée à l’ensemble du pays. Ma décision a été prise dans le cadre de mes obligations. »

Le port du masque obligatoire dans les commerces

Concernant l’obligation du port du masques dans les commerces et rues commerçantes de Woluwe-Saint-Lambert, Olivier Maingain est clair : « Les bourgmestres sont en droit de compléter ce qu’impose le ministre de l’Intérieur. Notre décision s’appuie sur l’arrêté du ministre de l’Intérieur et plus particulièrement sur les conditions de réouverture des commerces et des voiries commerciales. Pourquoi ? Parce que nous avons reçu les directives une veille de weekend pour une réouverture le lundi matin. Ce courrier était invraisemblable ! Les effets pratiques y étaient ingérables ! Nous devions mettre en place des contrôles à l’entrée de toutes les artères où nous estimions qu’il y aurait un trop grand nombre de personnes susceptibles de ne pas respecter la règle de la distance physique de 1,5 m. Pour cela, j’ai besoin de 100 policiers. Des effectifs que je n’ai pas dans ma zone de police ! Donc j’ai demandé au ministre de l’Intérieur s’il pouvait me fournir ces effectifs parce qu’il ne faut pas demander à un bourgmestre d’assumer ce que l’autorité supérieure n’est pas, elle-même, en mesure d’assumer. J’ai donc compensé les lacunes et les insuffisances des recommandations du ministre de l’Intérieur en prenant une mesure qui est suggéré par son arrêté ministériel. Nous sommes actuellement dans une phase de sensibilisation à l’obligation du port du masque dans certains lieux. Nous voulons convaincre et pas réprimer, il faut faire adhérer les citoyens à cette mesure. Cette obligation est admise par 90% des citoyens. A partir du 1er juin, les policiers pourront infliger des sanctions administratives. »

Dans la même rubrique
Port du masque : protégeons-nous et protégeons les autres
Port du masque : protégeons-nous et protégeons les autres
Quand la place du Temps libre se transforme en œuvre d’art éphémère
Quand la place du Temps libre se transforme en œuvre d’art éphémère
Nicole Bomele : « Regardons notre Histoire droit dans les yeux »
décolonisation Nicole Bomele : "Regardons notre Histoire droit dans les yeux"
Jonathan de Patoul : « Il y a une discrimination entre les candidats au permis »
Sécurité routière Jonathan de Patoul : « Il y a une discrimination entre les candidats au permis »
Favoriser la pratique du sport chez les jeunes atteints de handicaps
Favoriser la pratique du sport chez les jeunes atteints de handicaps
Les Bruxellois ont voté pour deux nouvelles applications mobilité
Région bruxelloise Les Bruxellois ont voté pour deux nouvelles applications mobilité