ACTUALITÉS

Interview
“Il y a des moments où, pour que la règle commune soit acceptée par tous, il faut s’abstenir d’entretenir une sorte de querelle de symboles”
Le lundi 7 septembre 2020

Ce samedi 5 septembre, Olivier Maingain, ancien président de DéFI et bourgmestre de Woluwe-Saint-Lambert, était l’invité du Grand Oral sur La Première et des Experts sur BX1.

Le fédéralisme d’efficacité francophone

Alors que les négociations pour la pré-formation d’un gouvernement fédéral battent leur plein, Olivier Maingain, rappelle que l’heure est venue pour les Wallons et Bruxellois, d’avoir un projet commun pour l’avenir de l’espace francophone. Suite à la publication de sa carte blanche dans Le Soir, il explique : « Fondamentalement, nous ne pourrons pas, du côté francophone, faire l’impasse sur ce que je voudrais créer : le fédéralisme d’efficacité francophone. Nous allons devoir dans les prochaines années gérer des moyens budgétaires assez restreints du côté francophone. La question qu’il faudrait se poser dans un premier temps serait dès lors celle de l’efficacité d’une politique commune. »

Pour l’ancien président de DéFI, la priorité du fédéral doit être… le fédéral : « La question est de savoir si nous sommes encore dans la capacité d’avoir un gouvernement fédéral qui a un projet fédéral ou si nous sommes dans une logique d’un grand basculement institutionnel de la Belgique. Le gouvernement à venir sera plutôt un gouvernement d’urgence socio-économique plutôt qu’un gouvernement qui pourra assumer un vaste projet de société. Comme le propose François De Smet, il me semble logique de dire : “Donnons-nous le temps de cette législature pour ouvrir un temps de débat avec les secteurs concernés pour faire l’évaluation des réformes de l’Etat successives, sur la bonne organisation des services à rendre à la population…” C’est une nécessité d’avoir un dialogue qui n’est pas un dialogue de l’affrontement entre ceux qui veulent toujours dépecer le pays et ceux qui ont des combats d’arrière-garde sans savoir réellement où ils vont. Il faut un temps de débat serein. »

Imposer ce qui est nécessaire

Sur la gestion de la crise coronavirus, le bourgmestre de Woluwe-Saint-Lambert pointe le manque d’unité de commandement : « Quand on est confronté à des graves crises, qui doit assumer le dernier mot ? Qui doit assumer le pouvoir ultime ? Je trouve qu’il faut que, dans ces circonstances, la personne qui assume le rôle de Premier ministre devrait avoir la capacité de pouvoir imposer ce qu’il croit être nécessaire en engageant sa responsabilité politique, pénale et même civile. A l’image de ce qui existe pour les bourgmestres. »

Signes convictionnels : il y a des lieux et des moments

Le conseil communal de Molenbeek a ouvert une brèche dans la laïcité, proposant d’aller vers l’autorisation des signes religieux dans l’administration communale. Pour DéFI, il s’agit d’une ligne rouge, exprimée on ne peut plus clairement par François De Smet lors d’une interview sur LN24 : « La laïcité, selon DéFI, c’est d’abord respecter la liberté de conviction et de religion, y compris dans l’espace public. »

Pour Olivier Maingain, il en va de même : « Ce n’est pas uniquement une question en regard avec les droits de la femme, c’est un principe général. La laïcité de l’Etat est pour DéFI la garantie du respect du pluralisme des convictions mais il y a des lieux, des circonstances, des moments de responsabilité que représentent notamment la fonction publique ou l’autorité publique ; qui font qu’on s’abstient d’afficher, de porter des signes ostentatoires de ses convictions. Quand je célèbre un mariage, je ne mets pas à ma boutonnière le logo de mon parti parce que, très légitimement, dans l’exercice de cette fonction les gens ne s’attendent pas à ce que je porte un message politique. Je porte la responsabilité de représenter l’autorité publique qui fait respecter la loi par tous. Il y a des moments où, pour que la règle commune soit acceptée par tous, chacun doit accepter de s’abstenir de faire une sorte de querelle de symboles et d’appartenance identitaire. »

Dans la même rubrique
“Ce n’est pas une question de “tout à la région ou tout aux communautés”, mais la recherche d’un juste équilibre”
Institutions francophones “Ce n’est pas une question de “tout à la région ou tout aux communautés”, mais la recherche d’un juste équilibre”
Opération récolte de croquettes
bien-être animal Opération récolte de croquettes
150 familles vont recevoir un chèque sport de 175 €
Woluwe-Saint-Lambert 150 familles vont recevoir un chèque sport de 175 €
Echo du Conseil communal : M. Matgen s’exprime sur la sécurité av. de Broqueville
Echo du Conseil communal : M. Matgen s’exprime sur la sécurité av. de Broqueville
Conférence : « Comment parler de la sexualité avec son enfant ? »
Woluwe-saint-lambert Conférence : "Comment parler de la sexualité avec son enfant ?"
DéFI veut prolonger l’extension des terrasses
Woluwe-saint-lambert DéFI veut prolonger l'extension des terrasses